Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 18:06

Hé oui, il n'ya pas que des bêtes à cornes....

Article paru dans la revue du CG 59 octobre-novembre 2014 .

 

SnipImage.JPG

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 19:18

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 22:36

Lien vers la petition  

Vous en avez sans doute entendu parler.

Disons non à cette inepsie en sigant la pétition :

 

Partager cet article

Repost0
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 17:59

Partager cet article

Repost0
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 19:44

Partager cet article

Repost0
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 08:17

La pseudo-interdiction des néonicotinoides annoncée par la Commission Européenne est en fait un leurre échafaudé par les firmes agrochimiques pour faire accepter définitivement leurs pesticides tueurs d'abeilles! 

> Si nous n'agissons pas immédiatement, ce plan entrera en vigueur dans les jours qui viennent. 

> Signez vite la pétition pour les stopper ! 

> http://actions.pollinis.org/interdiction-neonicotinoides-petition-commission-europeenne/



> Madame, Monsieur, 

> Une gigantesque escroquerie est en train de se mettre en place à Bruxelles, aux dépens des abeilles, de la biodiversité ... et de tous les citoyens qui se battent depuis des années pour faire interdire les pesticides « tueurs d'abeilles » en Europe et dans le monde ! 

> Nous devons la stopper net, avant qu'elle n'ait des conséquences dramatiques sur nos cultures et notre alimentation à l'avenir. Je vous demande de signer de toute urgence la pétition européenne ci-jointe et de la faire circuler autour de vous autant que vous le pourrez. 

> Il n'y a pas un instant à perdre. 

> Après des années de lutte acharnée des citoyens et des apiculteurs, la Commission européenne s'est officiellement décidé à interdire 3 pesticides néonicotinoïdes extrêmement dangereux pour les abeilles (1) . 

> Les associations ont crié victoire et baissé la garde. Pourtant... 

> Le compromis que devrait adopter Bruxelles est en réalité un plan désastreux imposé par les multinationales agrochimiques comme Bayer, Syngenta et compagnie , qui mènent depuis des mois un lobbying effrené et extrêmement agressif pour arriver à ce résultat (2) . 

> Objectif : Contrer la volonté des citoyens européens et empêcher l'interdiction REELLE des pesticides tueurs-d'abeilles – malgré les recommandations expresses des autorités sanitaires françaises et européennes (3) ... Pour sécuriser les centaines de millions d'euros de profit annuel que ces produits rapportent aux grosses firmes qui les produisent ! 

> Officiellement, les 3 pesticides les plus dangereux seront interdits pour une durée-test de deux ans à l'issue de laquelle les autorités sanitaires contrôleront si l'interdiction a mis un terme au massacre des abeilles, et s'il faut ou non interdire définitivement les néonicotinoides. 

> Or, cette soi-disant interdiction n'aura aucun effet sur la santé des abeilles ! 

> En fait, les 3 pesticides tueurs-d'abeilles seront interdits seulement quelques mois par an... et largement utilisés tout le reste de l'année – sur près de 85% des céréales, et sur une grande partie des cultures de fruits, légumes et herbes aromatiques – empoisonnant largement les sols et l'eau absorbés ensuite par les cultures soi-disant « non-traitées ». 

> De nombreuses études ont montré que ces substances ultra-toxiques peuvent rester présentes dans le sol jusqu'à trois ans après le traitement (4) , et que les cultures non-traitées replantées sur le même terrain révèlent des traces de néonicotinoïdes jusque dans leur pollen... que viennent ensuite butiner les abeilles ! (5) 

> A la fin de la période-test de deux ans, les multinationales pourront prouver que les abeilles continuent d'être décimées malgré la soi-disant interdiction de leurs produits, et qu'ils n'y sont pour rien. Ils auront réussi à blanchir leurs pesticides et à maintenir leurs profits – et pour longtemps ! 

> C'est un plan diabolique, qui nous promet un désastre environnemental sans précédent. 

> Nous pouvons encore empêcher ça. MAIS IL FAUT AGIR VITE : d'ici quelques jours, la Commission européenne se prononcera sur sa version définitive du règlement européen concernant ces 3 pesticides tueurs d'abeilles. 

> Nous devons agir avant, pour exiger l'interdiction REELLE de ces pesticides ! Signez dès maintenant la pétition européenne pour contrer les lobbys en cliquant ici ! 

> Si nous ne faisons rien, voici ce qui va se passer dans les 2 prochaines années : 

> - les pesticides néonicotinoïdes continueront à être utilisés pour les cultures d'hiver, imprégnant ainsi durablement les sols et l'eau... 

> - les cultures de printemps et d'été "non traitées" seront infectées par les résidus de ces pesticides, et empoisonneront les abeilles... 

> - la mortalité massive des abeilles ne déclinera pas, malgré la soi-disant "interdiction" des néonicotinoïdes 

> - Syngenta, Monsanto, Bayer et tous les laboratoires agrochimiques pourront à loisir clamer que leurs produits n'ont rien à voir avec la mortalité des abeilles, et obtenir leur réhabilitation totale sur le marché. 

> Et là, il ne nous restera plus que nos yeux pour pleurer… 

> Il faut tuer dans l'œuf ce plan démoniaque, et exiger de la Commission européenne qu'elle interdise purement et simplement ces pesticides tueurs d'abeilles, comme elle prétend le faire d'ailleurs ! 

> Pas de compromissions, pas de petits arrangements... Si l'on doit faire un test de 2 ans pour évaluer réellement l'impact de ces pesticides sur les pollinisateurs, alors allons-y franchement ! 

> Les agriculteurs eux-mêmes n'auraient pas à y perdre : 

> d'après l'INRA, on pourrait réduire rapidement la consommation de pesticides en France de 30 à 40 % – sans aucune perte de revenus pour les agriculteurs – en revenant simplement à un système de rotation des cultures qui permettrait de combattre efficacement les parasites en réduisant durablement l'usage des traitements chimiques (6) . 

> Ca représente tout de même, pour la France uniquement, plus de 20 000 tonnes de substances ultra-toxiques déversés chaque année en pure perte dans nos campagnes ! 

> En fait, les seuls qui seraient ébranlés, ce seraient les chiffres d'affaires des géants de l'agrochimie... Mais la Nature n'a que faire de leurs profits ! 

> Alors s'il vous plaît, aidez Pollinis à créer une véritable onde de choc à travers le pays et l'Europe toute entière , pour que notre pression sur la Commission européenne soit plus forte que celle des lobbys agrochimistes qui sacrifieraient sans vergogne votre santé, votre alimentation et l'avenir même de la Nature pour satisfaire à leurs profits immédiats. 

> Signez la pétition , et transmettez cet email à un maximum de personnes autour de vous. 

> D'avance, merci ! 



> Nicolas Laarman 
> Délégué général Pollinis 
> Conservatoire des Fermes et de la Nature 



> Pour en savoir plus : 

> 1- Le texte de la Commission européenne interdisant 3 néonicotinoïdes : 

>http://www.pollinis.org/IMG/doc/regulation_commission_europeenne_interdiction_3_neonicotinoides.doc

> 2- L'excellent rapport de Corporate Union Observatory sur le sujet (en anglais) : 

http://corporateeurope.org/publications/pesticides-against-pollinators 

> Ou ici en français, le bon petit résumé publié en ligne dans le Journal de l'environnement : 

http://www.journaldelenvironnement.net/article/comment-le-lobby-des-pesticides-se-bat-pour-les-neonicotinoides,34147 

> 3- Début 2013, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a publié un rapport confirmant que les néonicotinoides présentent un risque important pour les abeilles et les pollinisateurs : 

http://www.efsa.europa.eu/en/press/news/130116.htm?utm_source=homepage&utm_medium=infocus&utm_campai gn=beehealth 

> 4 -Les néonicotinoides persistent dans l'environnement, la demi-vie de la clothianidine dans le sol a été mesurée à 148 à 6900 jours par l'Agence de protection de la santé américaine : 

>http://www.epa.gov/pesticides/chem_search/cleared_reviews/csr_PC-044309_2-Nov-10_b.pdf 

> Voir aussi l'étude de J. DeCant et M. Barrett publiée en 2010 dans la revue Environmental Protection (pp. 1-99) : Environmental Fate and Ecological Risk Assessment for the Registration of CLOTHIANIDIN for Use as a Seed Treatment on Mustard Seed (Oilseed and Condiment) and Cotton. 

> 5- La persistance des néonicotinoïdes contamine l'environnement au sens large, notamment le pollen. 

> L'imidaclopride par exemple peut être absorbée par des cultures non-traitées, jusqu'à deux ans après la première utilisation, et peut se retrouver dans le pollen et le nectar des fleurs non traitées à des niveaux toxiques pour les abeilles : 

> Bonmatin, J. M., et al . (2003) A sensitive LC/APCI/MS/MS method for analysis of imidacloprid in soils, in plants and in pollens. Anal. Chem. 75 (9), 2027-2033. 

> En 2002 et 2003, 69,1% du pollen récolté par les abeilles de 25 ruchers dans cinq départements français, sur des plantes traitées et non traitées étaient contaminés par de l’imidacloprid, bien que cette neurotoxine ait été interdite à l'utilisation sur le tournesol en janvier 1999 : 

> Chauzat M.P. et al (2006). A survey pesticides residues in pollen loads collected by honey bees in France. Journal of Economic Entomology, 99:253-262 

> 6- Rapport Ecophyto R&D de l'INRA : « Réduire l'usage des pesticides » : 

http://institut.inra.fr/Missions/Eclairer-decisions/Etudes/Toutes-les-actualites/Ecophyto-R-D 



> Pollinis – Réseau des Conservatoires Abeilles et Pollinisateurs 
> Association Loi 1901 Conservatoire des Fermes et de la Nature
> 143 avenue Parmentier – 75010 Paris www.pollinis.org 

>     Soutenez le réseau Pollinis ! 

>     Aidez-nous à sauver les abeilles et la biodiversité. Nous sommes entièrement financés par les dons et nous ne recevons aucune subvention de la part du gouvernement. Notre équipe fait en sorte que le plus petit don soit le plus efficace possible.         Aidez-nous

Partager cet article

Repost0
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 08:49

Picture1.png

Même si le printemps a du mal à montrer qu'il est là, le recensement de nos hirondelles reste une priorité 

alors ayez l'oeil et notez

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 16:05

lettre-001.jpg

Partager cet article

Repost0
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 07:23

alors que l'on s'achemine vers un fiasco Rio+20 ,faisons en sorte que ce film puisse passer dans les grandes salles de cinéma



 
Voici une affaire qui nous concerne tous, S A NS EXCEPTION ! La sortie en salle du film : "Nos enfants nous accuseront".
> > Pour que ce film soit en salle (film qui dénonce les méfaits de la mauvaise alimentation et des pesticides), il faut qu'un maximum de personnes regardent la bande annonce dans les 2 jours qui suivent. 
> > C'est le nombre de visites dans les 2 jours qui fera emporter la décision de sa mise en distribution grandes salles. 
> > Faites le suivre rapidement, s'il vous plaît, à tous vos contacts, merci par avance.
> > Voici la bande annonce à visionner et à transmettre :
> > http://www.idph-videos.com/nos-enfants-nous-accuseront.htm 
> > Pour que Monsanto & Consorts ne soient pas leur futur... 

Partager cet article

Repost0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 13:46

Cyber@ction N°472 : Stockages d’eau pour l’irrigation : deux décrets dangereux pour l’environnement

Dans la série cadeaux électoraux, après la chasse, l'irrigation!
Avec de type de consultation le gouvernement élimine les personnes qui ne manient pas bien le copier-coller nécessaire pour y participer.

Communiqué de France Nature Environnement

Stockages d’eau pour l’irrigation : deux décrets dangereux pour l’environnement
En juin 2011, en Charente, le Président de la République a annoncé la création de retenues d’eau pour l’irrigation, concrétisée en novembre 2011 par un plan d’un volume 40 millions de m3, d’un coût de 120 millions d’euros, financé à hauteur de 75% par des fonds publics. Non content de ce « cadeau » le gouvernement voudrait faire passer deux décrets affaiblissants la règlementation.
Prélever plus avec moins de contrôle et pas de recours possible : tout un programme…

Le jeudi 29 mars, à Montpellier, a l’occasion du congrès de la FNSEA, le candidat Président a annoncé la publication de deux décrets venant affaiblir les règles de construction et de gestion des retenues d’eau, alors que le Comité National de l’Eau (CNE) qui devait statuer, ne s’était pas encore réuni.
Le régime « d’autorisation » impose une étude d’impact, suivie par une enquête publique, qui garantissent la qualité des dossiers et la prise en compte de la contrainte environnementale, rien de tel avec le régime de « déclaration » qui ne nécessite qu’une étude d’incidence sans portée réelle. Pour les retenues de substitution, sur 500 dossiers instruits par an, une cinquantaine relevait jusqu’alors du régime de l’autorisation. Le nouveau seuil passant de 3ha à 350.000 m3 (environ 7ha pour 5m de profondeur), le régime d’autorisation deviendra une exception, la majorité des grosses retenues pourra échapper à l’enquête publique, d’où une perte de contrôle par l’administration pour des retenues volumineuses …. comme pour les plus petites !
En ZRE (1), pour les prélèvements hivernaux devant remplir les retenues de substitution, le seuil d’autorisation passerait de 8 m3/h à 110 m3/h ou 5% du module (débit moyen inter annuel) du cours d’eau: un affaiblissement de plus de la réglementation.
Enfin..., la suppression du délai de recours post-mise en service, ne permettra plus de recours après le constat de dégradations du milieu par l’installation de retenues ou les prélèvements.
Que d’eau … en moins pour la nature !
Pour Bernard Rousseau, pilote du Réseau Eau de FNE et membre du Comité National de l’Eau, « ces dispositions sont catastrophiques pour la gestion de l’eau, elles le sont d’autant plus qu’elles s’inscrivent dans un contexte d’évolution climatique qui réclame plus de maîtrise et moins de laxisme. »
Et François Marie Pellerin, Président de la Coordination pour la Défense du Marais Poitevin de conclure « cette réforme de dernière minute risque de se faire au bénéfice des quelques agriculteurs seulement et au détriment des autres usages et de la préservation des milieux aquatiques.»
Pour Bruno Genty, président de France Nature Environnement : « Il faut que la consultation publique (2) aboutisse à retoquer ces décrets injustes, potentiellement préjudiciables à l’environnement, et qui vont couter très cher aux contribuables qui financent ce plan de retenues absurde»
Contacts :
Bernard Rousseau, Pilote pôle ressources en eau et milieux naturels aquatiques, 
Jean-Claude Bevillard, Pilote du réseau Agriculture, 
Benoit Hartmann, Porte parole, 
(1) ZRE : Zone de Répartition des Eaux
(2) Consultation publique sur ce point jusqu’au 3 mai 2012 : 

Pour participer à cette @ction, il faut manier le copier-coller  copier le texte proposé ci-dessous ou un autre extrait du communique de FNE  ou ses propres commentaires et le coller sur le site de la consultation.

Merci de votre participation

Alain Uguen
Association Cyber @cteurs

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de la-ferme-du-beau-pays.over-blog.com
  • : élevage de porcs et d'highlands certifié Bio 360 rue cayonque Borre 59190
  • Contact

Coordonnées

image001

Téléphone Grégory : 06 83 29 10 58
Courriel Wazemmes:lille@fermedubeaupays.fr
Courriel Borre:borre@fermedubeaupays.fr
Téléphone Président amap:
Courriel Amap : contact.CA@fermedubeaupays.fr
Courriel trésorier : contact.amap@fermedubeaupays.fr 


Recherche

Archives

A Travers La Presse